0.1 C
Montréal
5 décembre 2022 01:51
Accueil Actualité L'autre bilan de santé mentale de la pandémie : l'Institut Argyle de...

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Nous suivre


Liens du fil d’Ariane

Alors que de plus en plus de thérapeutes travaillaient à distance et que les thérapeutes plus âgés prenaient leur retraite, « nous saignions 12 000 $ par mois, ce qui n’est pas durable ».

Date de publication :

27 sept. 2022 • Il y a 51 minutes • 4 minutes de lecture • Rejoignez la conversation Lisa MacMartin, à gauche, membre du conseil d’administration de l’Argyle Institute, et la psychologue Lise Bourke, à gauche, scotchent une boîte de dossiers. Après avoir fourni des décennies de services, de formation et d’éducation en santé mentale, le centre a fermé ses portes. Photo de John Mahoney/Montreal Gazette

Contenu de l’article

L’Institut Argyle avait prévu célébrer son 40e anniversaire cette année — 40 ans de prestation de services accessibles en santé mentale à la communauté montréalaise et 40 ans de formation de futurs thérapeutes.

Publicité 2

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Mais la fête ne devait pas avoir lieu.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous consentez à recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia Inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto (Ontario) M4W 3L4 | 416-383-2300

Contenu de l’article

Lors d’une réunion Zoom le 18 août, les près de 60 thérapeutes affiliés à l’institut communautaire à but non lucratif ont appris que l’Argyle « ne serait plus en mesure de poursuivre ses activités et se dissoudrait », a déclaré le thérapeute Brian Wrench, un membre associé qui a est lié à l’Argyle depuis qu’il y a fait sa propre formation il y a 25 ans. Le 22 août, les thérapeutes ont voté en faveur de la résolution de dissolution, l’Argyle a cessé ses activités le 31 août et, d’ici le 30 septembre, aura quitté son espace de Westmount.

La nouvelle de la fermeture a été un choc pour une grande partie de la communauté d’Argyle. «Beaucoup de thérapeutes associés à l’Argyle étaient là depuis des années; ils y avaient été formés et sont devenus des membres cliniques ou des membres associés », a déclaré Wrench.

Publicité 3

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« C’est très triste pour les gens qui ont construit l’Argyle – et très triste pour la communauté montréalaise », a déclaré Lisa MacMartin, thérapeute de longue date et membre du conseil d’administration d’Argyle, qui travaille à faire connaître la fermeture.

Une partie de la mission de l’Argyle était de servir les clients à revenu faible à modéré : le tarif dans la plupart des cliniques et centres privés est de 130 $ à 200 $ par séance, bien que des barèmes d’honoraires progressifs soient disponibles dans certains. À l’Argyle, une échelle tarifaire basée sur le revenu annuel et le nombre de personnes à charge variait de 45 $ par session à 105 $. Même si l’institut était situé à Westmount, il attirait des clients de toutes les régions de l’île et d’ailleurs et offrait des services en anglais et en français.

C’était aussi un lieu où les étudiants diplômés de six universités québécoises pouvaient faire leur formation pratique en tant que stagiaires sous la supervision de thérapeutes Argyle.

Publicité 4

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Ce qui n’est pas largement connu, c’est que l’Argyle a connu des difficultés financières pendant une grande partie de son existence, a déclaré MacMartin, et a même dû faire face à la fermeture à quelques reprises. « Cela a toujours été une situation financière très précaire », a-t-elle déclaré.

Pourtant, l’Argyle a toujours trouvé un moyen de continuer – jusqu’à la pandémie.

La majorité des 60 thérapeutes associés à l’institut y louaient des bureaux. Leurs paiements, d’une moyenne de 700 $ par mois, couvraient le loyer mensuel de près de 30 000 $ pour l’espace de l’Institut Argyle dans un immeuble de la rue Sainte-Catherine près de l’avenue Greene. Il comptait 28 bureaux pour les thérapeutes, une salle de conférence et une salle de classe, une cuisine, une bibliothèque et un bureau. place pour les stagiaires.

Les stagiaires n’étaient pas payés; les honoraires payés par leurs clients allaient au centre. Sinon, à part un petit frais administratif pour l’ouverture d’un dossier, l’Argyle ne gagnait pas d’argent sur ses clients : ces frais allaient aux thérapeutes.

Publicité 5

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Lisa MacMartin, à gauche, membre du conseil d'administration de l'Argyle Institute, et la psychologue Lise Bourke trient une montagne de dossiers. Lisa MacMartin, à gauche, membre du conseil d’administration de l’Argyle Institute, et la psychologue Lise Bourke trient une montagne de dossiers. Photo de John Mahoney/Montreal Gazette

Une clause de bail généreuse signifiait que les thérapeutes pouvaient résilier les baux de leur espace de bureau Argyle en donnant un préavis de six mois et en payant une pénalité de trois mois. Cela avait fonctionné à l’avantage de tout le monde lorsque les bureaux étaient très demandés mais, lorsque la pandémie s’est installée en mars 2020 et que les thérapeutes ont commencé à travailler à distance, de plus en plus d’entre eux ont abandonné leur espace de bureau.

« Et c’est évidemment ce qui a coulé le navire », a déclaré Wrench, qui était superviseur des stagiaires à l’Argyle.

Alors que de plus en plus de thérapeutes travaillaient à distance et que les thérapeutes plus âgés prenaient leur retraite, « nous saignions 12 000 $ par mois, ce qui n’est pas durable », a-t-il déclaré.

Les thérapeutes travaillant à distance dans la plupart des autres bureaux et centres de Montréal ont continué de payer un loyer et beaucoup sont retournés au bureau quelques mois après la déclaration de la pandémie. La clé est revenue à l’été 2020. « Être en personne ajoute un élément qui – pour moi – est très important, voire essentiel », a-t-il déclaré.

Publicité 6

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Il travaille dans un espace dans un immeuble de Westmount avec trois petits bureaux et une salle d’attente. Les thérapeutes qui lui louaient un espace payaient leur loyer « même s’ils ne venaient pas – et notre petit bateau est resté à flot », a déclaré Wrench.

Bien que MacMartin ait rarement utilisé son bureau à l’Argyle, elle l’a gardé pour soutenir l’Institut. « Nous savions que le loyer était un problème car nous avions de plus en plus de bureaux vides à mesure que la pandémie se poursuivait », a-t-elle déclaré.

« Aurions-nous continué même sans la pandémie ? C’est difficile à dire. C’était comme si notre modèle ne fonctionnait peut-être pas, parce que nous étions toujours en difficulté financière. C’est le problème du bureau vide qui nous a fait entrer », a déclaré MacMartin.

Les règlements d’Argyle empêchaient le centre de recevoir beaucoup de secours en cas de pandémie. Il y avait un prêt de 60 000 $ sur le compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, dont 40 000 $ devaient être remboursés, et un allégement temporaire du loyer.

Publicité 7

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« Nous recherchions des donateurs depuis le printemps 2022 pour trouver des solutions à notre problème de loyer, et tout s’est terminé soudainement et écrasant en août, lorsque nous avons réalisé que nous n’avions pas autant d’argent que nous le pensions. » dit MacMartin.

À l’approche du jour du départ de l’espace, les près de 200 clients sur la liste d’attente ont été placés auprès des thérapeutes Argyle et les 16 internes affectés aux cliniques de Montréal et Laval.

Lisa MacMartin, à gauche, directrice du conseil d'administration de l'Argyle Institute, et la psychologue Lise Bourke trient les dossiers le vendredi 23 septembre 2022. Lisa MacMartin, à gauche, membre du conseil d’administration de l’Argyle Institute, et la psychologue Lise Bourke trient les dossiers le vendredi 23 septembre 2022. Photo de John Mahoney /Montreal Gazette

MacMartin et d’autres ont trié des fichiers – les fichiers plus anciens sont déchiquetés et d’autres stockés – et emballés. Le sort de la bibliothèque de l’Institut Argyle, qui comprend de précieux volumes de psychanalystes influents, dont Sigmund Freud, est encore inconnu. Parce que c’était une organisation à but non lucratif, tout devait être donné, pas vendu. Et jusqu’à présent, a déclaré MacMartin, « nous ne trouvons personne pour prendre notre bibliothèque. »

sschwartz@postmedia.com

  1. En mémoire d’une grande femme : Leticia (Letty) Cox, (1930-2018), fondatrice de l’Argyle Institute

  2. Des gens marchent sur la zone piétonne de la rue Ste-Catherine à Montréal mercredi 5 août 2020.

    Opinion: L’impact de la pandémie sur la santé mentale pourrait nous surprendre

  3. Dre Christine Grou, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec.

    De plus en plus de Québécois sont en détresse et souffrent d’anxiété : des psychologues

Partagez cet article sur votre réseau social

Publicité 1

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Source : montrealgazette.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Le Québec met à jour sa liste d’espèces en péril

Le Québec n'a pas l'intention d'annoncer de nouvelles aires protégées en marge...

Neuf arrestations après le début d’une émeute à Sherbrooke

Une opération de routine pour mettre fin à une bagarre a pratiquement...

Un homme est blessé par balle dans le métro Atwater

Un homme de 38 ans aurait été blessé par balle vers 19...

Procès pour agression sexuelle : le major-général Dany Fortin connaîtra son sort lundi

Le major-général Dany Fortin connaîtra lundi le verdict du juge à l'issue...

On a découvert qu’il avait un cancer inconnu après avoir accouché

Une Québécoise mène un combat acharné contre un cancer métastatique d'origine inconnue...

Intérêt renouvelé pour les exercices de confinement des tireurs actifs

Les exercices de confinement des tireurs actifs sont de retour dans les...

Vous pourriez aimer

Le Québec met à jour sa liste d’espèces en péril

Le Québec n'a pas l'intention d'annoncer de nouvelles aires protégées en marge...

Neuf arrestations après le début d’une émeute à Sherbrooke

Une opération de routine pour mettre fin à une bagarre a pratiquement...

Un homme est blessé par balle dans le métro Atwater

Un homme de 38 ans aurait été blessé par balle vers 19...

Procès pour agression sexuelle : le major-général Dany Fortin connaîtra son sort lundi

Le major-général Dany Fortin connaîtra lundi le verdict du juge à l'issue...