11.3 C
Montréal
27 septembre 2022 11:02
Accueil Actualité Monkey pox : études en cours sur ses mutations génétiques

Monkey pox : études en cours sur ses mutations génétiques

Nous suivre

Des études sont en cours pour déterminer si des mutations génétiques du virus monkeypox sont à l’origine de la propagation rapide de la maladie, a indiqué mercredi à l’AFP l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

• Lisez aussi : L’OMS appelle à la vigilance après qu’un chien a été infecté par le monkeypox

• Lisez aussi : Premier cas de monkeypox détecté en Iran

• Lisez aussi : L’OMS renomme les variantes du monkeypox

Les deux clades, ou variantes distinctes, du virus ont été appelés les clades du bassin du Congo (Afrique centrale) et de l’Afrique de l’Ouest, d’après les deux régions où ils sont endémiques. Vendredi, l’OMS a renommé ces groupes respectivement Clade I et Clade II, afin d’éviter tout risque de stigmatisation géographique.

Elle a également annoncé que le clade II comprend deux sous-clades, IIa et IIb, les virus de ce dernier étant identifiés comme la source de l’épidémie mondiale actuelle.

Mercredi, l’OMS a précisé que les clades IIa et IIb sont apparentés et partagent un ancêtre commun récent – donc IIb n’est pas une ramification de IIa.

« En regardant le génome, il existe en effet des différences génétiques entre les virus de l’épidémie actuelle et les anciens virus du clade IIb », a déclaré l’OMS à l’AFP. « Cependant, on ne sait rien de l’importance de ces changements génétiques, et des recherches sont en cours pour établir les effets (le cas échéant) de ces mutations sur la transmission et la gravité de la maladie. »

« Il est encore trop tôt, tant dans l’épidémie que dans les études de laboratoire, pour dire si l’augmentation des infections pourrait être due aux modifications du génome observées dans le virus, ou si elle est due à des facteurs liés à l’hôte (humain) », D’après l’OMS.

Une recrudescence des infections par le virus monkeypox a été signalée depuis début mai en dehors des pays africains endémiques. L’OMS a déclaré une urgence de santé publique internationale le 23 juillet.

Plus de 35 000 cas dans 92 pays et 12 décès ont été signalés à l’OMS. Presque tous les nouveaux cas sont signalés en Europe et dans les Amériques.

L’OMS a averti que sa campagne pour renommer le monkeypox pourrait prendre « plusieurs mois ». Pendant des semaines, l’organisation s’est inquiétée du nom, les experts estimant qu’il était trompeur.

Monkeypox a été ainsi nommé parce que le virus a été identifié pour la première fois chez des singes élevés pour la recherche au Danemark en 1958.

Cependant, la maladie se manifeste le plus souvent chez les rongeurs et l’épidémie actuelle se propage par contact interhumain.

L’OMS a demandé l’aide du public pour trouver un nouveau nom et a créé un site Web pour recueillir des suggestions.

Source : www.journaldemontreal.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...

La FIBA ​​ouvre une enquête après que des joueurs maliens se sont battus après une défaite à la Coupe du monde

La FIBA ​​a ouvert une enquête sur une altercation entre deux joueuses maliennes en zone mixte suite à la défaite de leur équipe face...

Vous pourriez aimer

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...