0.3 C
Montréal
5 décembre 2022 04:17
Accueil Politique Le 2e débat voit le chef de la CAQ attaqué sur le...

Le 2e débat voit le chef de la CAQ attaqué sur le climat, les soins de santé et la langue française

Nous suivre

Le deuxième et dernier débat de la campagne électorale du Québec jeudi a vu les quatre candidats cherchant à devenir le prochain premier ministre de la province attaquer François Legault pour ne pas en faire assez pour le climat, les soins de santé et la langue française.

Avec le jour du vote dans moins de deux semaines et Legault détenant une avance considérable dans les sondages, l’événement de jeudi était l’une des dernières chances pour les partis de faire passer leurs messages aux électeurs.

Legault, chef de la Coalition Avenir Québec, Dominique Anglade du Parti libéral du Québec, Gabriel Nadeau-Dubois de Québec solidaire, le chef du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon et Éric Duhaime du Parti conservateur du Québec se sont également disputés sur l’inflation, les impôts, l’éducation et les questions d’identité comme l’immigration et la souveraineté.

Changement climatique

Le débat a débuté avec des candidats à tour de rôle ciblant Legault et son bilan environnemental.

Le parti de Legault a été critiqué pour ne pas avoir fait assez pour lutter contre les changements climatiques lors de son premier mandat, mais lors du débat, il a vanté la capacité de son équipe à bâtir une économie verte.

« La lutte contre le changement climatique n’est pas en vous », a déclaré Anglade.

Nadeau-Dubois, qui a eu plusieurs échanges directs avec Legault, a accusé le premier ministre sortant de semer la peur sur la stratégie de Québec solidaire en matière d’environnement, au lieu de proposer un plan viable.

« Vous pouvez ranger les décorations d’Halloween. Il faut arrêter de faire peur aux gens. Vous devriez inspirer les Québécois, proposer des solutions », a déclaré le co-porte-parole de Québec solidaire.

« Vous découragez les gens, monsieur Legault.

Legault accuse à son tour Nadeau-Dubois de proposer un plan environnemental irréaliste qui nuirait à l’économie de la province. Tout au long de la campagne, Legault a qualifié la proposition de Québec solidaire d’imposer une taxe de 15 % sur les voitures très polluantes de « taxe orange », en référence aux couleurs du parti.

« C’est un peu magique, a dit Legault. « C’est un peu comme si nous étions au pays des merveilles. »

Le Québec vise à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990, mais la province n’a pas atteint son objectif de réduction de 20 % fixé pour 2020 et n’a plutôt atteint que 6 %.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a passé une bonne partie de la soirée à affronter François Legault, le premier ministre sortant. (Ryan Remiorz/La Presse canadienne)

S’il est élu, Québec solidaire vise une réduction de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici huit ans. Le Parti libéral du Québec propose une cible de réduction de 45 % sur cette même période. Les conservateurs de Duhaime ont choisi de ne pas fixer d’objectif d’émissions, affirmant qu’ils préfèrent prioriser des objectifs «réalistes» puisque les gouvernements précédents n’ont tous pas atteint leurs objectifs.

Immigration, langue française, souveraineté

St-Pierre Plamondon, le chef du PQ, a déclaré que le maintien du nombre annuel de nouveaux immigrants au Québec à 50 000 – au lieu de le réduire à 35 000 comme le propose son parti – rendra la langue française plus vulnérable.

« Votre planification mène au plus fort déclin du français dans l’histoire du Québec », a déclaré St-Pierre Plamondon, fixant directement le premier ministre sortant.

St-Pierre Plamondon a également sauté sur Legault en ce qui concerne la question de la souveraineté du Québec. Vers la fin du débat, l’animateur a demandé au chef de la CAQ s’il voterait oui lors d’un référendum.

Legault n’a pas dit comment il voterait, mais a dit : « Écoutez, nous ne voulons pas de référendum. Il a décrit la souveraineté comme un projet « légitime » mais pas une priorité pour la plupart des Québécois.

St-Pierre Plamondon l’a accusé d’essayer de mettre un terme au mouvement souverainiste et dit qu’il ne peut pas faire confiance aux Québécois qui veulent que la province devienne un pays.

«Il y a des électeurs qui vous ont fait confiance en 2018 parce qu’ils voulaient remplacer les libéraux et ce sont des souverainistes», a déclaré St-Pierre Plamondon. « Je fais appel à ces gens et je dis que vous pouvez maintenant voter en suivant vos convictions. Et ce que François Legault essaie de faire, c’est d’éteindre un mouvement.

REGARDER | Legault et St-Pierre Plamondon s’affrontent sur la souveraineté :

Familles en attente de places en garderie

Legault s’est vanté de la décision de son gouvernement d’étendre la prématernelle mais ses adversaires ont sauté sur l’occasion pour lui reprocher la longue liste d’attente pour les garderies publiques.

En raison de cet arriéré, les femmes du Québec ont fait un pas en arrière, a déclaré Anglade.

« Il y a des femmes aujourd’hui qui ne peuvent pas réintégrer le marché du travail parce qu’elles n’ont pas de services de garde », a-t-elle déclaré. « Ils veulent le faire, mais ils n’en sont pas capables. »

Les libéraux et le PQ ont promis une place de garderie subventionnée pour tous les enfants s’ils sont élus.

Un homme parleLe chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a déclaré que les Québécois qui veulent que la province devienne un pays ne peuvent pas faire confiance à François Legault. (Paul Chiasson/La Presse Canadienne)

Privatiser les soins de santé

Le chef de la CAQ a également défendu la gestion du système de santé par son gouvernement, affirmant qu’il avait hérité d’un système défaillant du gouvernement libéral précédent et que la pandémie n’avait fait qu’empirer les choses.

La CAQ et les conservateurs du Québec ont dévoilé des plans pour étendre les soins privés afin d’alléger le fardeau d’un système public chancelant.

Nadeau-Dubois a déclaré qu’il s’agissait de réparer le système actuel, pas de le privatiser. Il a déclaré que trop de travailleurs de la santé avaient quitté le secteur public ces dernières années.

« Si le socialisme fonctionnait en matière de santé, nous le saurions », a répondu Duhaime. « La réalité est que nous avons besoin de concurrence [between the private and public sectors]… Qu’il soit public ou privé, un monopole ne fonctionne pas. »

Anglade a réitéré l’engagement de son parti à offrir à chaque Québécois un médecin de famille, même si environ 1,2 million de personnes dans la province n’en ont pas actuellement.

« Nous avons la responsabilité de trouver un moyen », a-t-elle déclaré.

Le débat a eu lieu à La Nouvelle Maison de Radio-Canada au centre-ville de Montréal sous la modération de Patrice Roy de Radio-Canada.

Les cinq chefs de parti doivent comparaître en direct dimanche soir sur Tout le monde en parle‘, un talk-show populaire à Radio-Canada.

L’élection aura lieu le 3 octobre. Les Québécois pourront également voter par anticipation ce dimanche et ce lundi entre 9 h 30 et 20 h.

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

COP15 : il est temps d’enrayer le déclin de la biodiversité sur Terre

La COP15 qui s'ouvrira mercredi à Montréal est perçue par plusieurs comme...

Le débat sur les armes à feu est relancé à cause de Price

La sortie publique de Carey Price sur le contrôle des armes à...

Après le Nord, il faut protéger le Sud

Alors que le Québec vise à protéger 30 % de l'ensemble de...

Le Québec met à jour sa liste d’espèces en péril

Le Québec n'a pas l'intention d'annoncer de nouvelles aires protégées en marge...

Neuf arrestations après le début d’une émeute à Sherbrooke

Une opération de routine pour mettre fin à une bagarre a pratiquement...

Un homme est blessé par balle dans le métro Atwater

Un homme de 38 ans aurait été blessé par balle vers 19...

Vous pourriez aimer

COP15 : il est temps d’enrayer le déclin de la biodiversité sur Terre

La COP15 qui s'ouvrira mercredi à Montréal est perçue par plusieurs comme...

Le débat sur les armes à feu est relancé à cause de Price

La sortie publique de Carey Price sur le contrôle des armes à...

Après le Nord, il faut protéger le Sud

Alors que le Québec vise à protéger 30 % de l'ensemble de...

Le Québec met à jour sa liste d’espèces en péril

Le Québec n'a pas l'intention d'annoncer de nouvelles aires protégées en marge...