11.3 C
Montréal
27 septembre 2022 10:53
Accueil Santé C'est une bonne idée de se faire vacciner contre le COVID-19 maintenant,...

C’est une bonne idée de se faire vacciner contre le COVID-19 maintenant, sans attendre la prochaine version, déclare le virologue

Nous suivre

Attendre ou ne pas attendre ? C’est la question que se posent actuellement certaines personnes lorsqu’il s’agit d’obtenir une autre injection de rappel COVID-19.

Depuis lundi, les résidents de la Saskatchewan âgés de 18 ans et plus peuvent recevoir une deuxième dose de rappel d’un vaccin COVID-19 à condition qu’ils aient reçu leur dose précédente au moins quatre mois auparavant.

Cependant, les plans au Canada et aux États-Unis de passer éventuellement à un vaccin bivalent – ​​qui ciblera à la fois la souche originale et l’une des souches Omicron – pourraient amener certaines personnes à attendre pour réserver leur quatrième injection.

Natasha Williamson, une résidente de Saskatoon, a déclaré qu’elle envisageait d’attendre, mais a décidé de réserver sa dose de rappel, la considérant comme un cadeau de 40e anniversaire pour elle-même.

« Comme ce vieux dicton, un oiseau dans la main vaut mieux que deux dans le buisson », a déclaré Williamson.

« J’ai l’impression qu’un tir maintenant, même s’il ne s’agit pas du tir le plus spécifiquement ciblé, va toujours m’être plus utile qu’un tir dont nous ne savons pas vraiment quand cela va se produire ou si cela va se produire , ou quand je serais réellement éligible. »

Attendre le 4e coup, c’est bien, dit Shahab

La semaine dernière, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, le Dr Saqib Shahab, a déclaré que les personnes éligibles pour leur deuxième injection de rappel peuvent soit l’obtenir maintenant, soit attendre l’automne pour qu’un vaccin bivalent potentiel soit disponible.

« C’est bien aussi, » dit-il à propos de l’attente.

Comme Williamson, Angela Rasmussen prévoit également de recevoir sa deuxième injection de rappel dès que possible, car on ne sait pas quand les vaccins bivalents seront disponibles au Canada.

« Les injections de rappel actuelles que nous avons ne sont pas aussi spécifiques qu’elles pourraient l’être pour les variantes qui circulent actuellement, et en particulier la sous-lignée BA.5 de la famille Omicron », a déclaré le virologue et chercheur du vaccin de l’Université de la Saskatchewan. et Organisation des maladies infectieuses.

« Cependant, nous savons que les boosters de recette originaux que nous avons maintenant augmentent considérablement votre protection contre l’infection par Omicron, ainsi qu’ils augmentent vraiment votre protection contre les maladies graves et potentiellement la mort. »

Le régulateur britannique est le premier à autoriser le booster COVID-19 mis à jour de Moderna

Les vaccins à ARNm fournissent les informations dont les cellules ont besoin pour fabriquer une protéine de coronavirus, qui déclenche ensuite la réaction du système immunitaire de l’organisme et aide à se protéger contre l’infection par le virus qui cause le COVID-19, selon le gouvernement fédéral.

Les vaccins bivalents contiennent deux ARNm (ARN messagers), codant pour deux protéines de pointe différentes, a déclaré Rasmussen.

Lundi, les régulateurs des médicaments en Grande-Bretagne sont devenus les premiers au monde à autoriser une version mise à jour du vaccin contre le coronavirus de Moderna qui vise à protéger à la fois le virus d’origine et la variante Omicron BA.1.

ÉCOUTEZ | Angela Rasmussen s’est entretenue avec l’hôte invité Peter Mills le matin de Saskatoon :

Saskatoon Morning8:55Alors que l’éligibilité au deuxième rappel COVID-19 s’élargit, un virologue explique la configuration du terrain avec un vaccin mis à jour et les vaccins actuels

L’hôte invité Peter Mills s’entretient avec Angela Rasmussen, virologue et chercheuse à la Vaccine and Infectious Disease Organization de l’Université de la Saskatchewan. Elle nous aide à comprendre la différence entre le vaccin actuel et ceux qui sont en préparation.

Les États-Unis n’ont pas approuvé ce vaccin bivalent, a déclaré Rasmussen.

En juin, la Food and Drug Administration des États-Unis a déclaré aux fabricants de vaccins que toute injection de rappel modifiée pour l’automne devrait inclure une protection contre les dernières variantes d’Omicron, c’est-à-dire BA.4 et BA.5, et non la sous-variante BA.1 incluse dans la dernière version de Moderna. tir.

Le mois dernier, la FDA a déclaré qu’elle n’envisageait plus d’autoriser un deuxième rappel COVID-19 pour tous les adultes, mais se concentrerait plutôt sur des vaccins remaniés pour l’automne qui ciblent les nouvelles sous-variantes virales.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la dernière poussée mondiale de COVID-19 a été provoquée par la sous-variante BA.5 d’Omicron, qui est encore plus contagieuse que la version originale d’Omicron.

Moderna et Pfizer préparent actuellement des versions mises à jour de leur vaccin pour inclure BA.5 en plus du virus COVID-19 d’origine.

« J’encourage vraiment les gens lorsque ces vaccins bivalents, qu’ils soient spécifiques à BA.1 ou BA.5, deviennent disponibles au Canada, que les gens aillent s’en procurer un », a déclaré Rasmussen.

« Cela devrait vraiment, vraiment augmenter la protection contre l’infection de partout, ce qui contribuera à réduire la transmission et contribuera certainement à réduire le fardeau global du COVID dans nos communautés. »

En juin, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du Canada a recommandé que seules les personnes présentant un risque accru de maladie grave due à la COVID-19 se voient offrir une injection de rappel cet automne en prévision d’une future vague.

De nombreuses provinces et territoires, dont la Saskatchewan, ont déjà décidé d’offrir des quatrièmes doses des vaccins originaux cet été. Le CCNI a déclaré qu’il fournira des recommandations sur le type de rappel à administrer lorsque des preuves sur les vaccins multivalents seront disponibles.

Beaucoup de gens en Saskatchewan. n’ont pas reçu la 1ère injection de rappel

Rasmussen pense toujours que c’est une bonne idée pour les habitants de la province de se faire vacciner dès qu’ils deviennent éligibles, plutôt que d’attendre potentiellement des mois pour un vaccin bivalent.

Shahab et Rasmussen ont tous deux déclaré que de nombreuses personnes dans la province n’avaient même pas encore reçu leur première injection de rappel.

Moins de 50% des adultes de la province ont reçu leur premier rappel, selon Shahab.

« Je vais les encourager à obtenir au moins leur premier rappel et à ne pas attendre le bivalent », a-t-il déclaré.

Samedi, le médecin-hygiéniste en chef de la Saskatchewan, le Dr Saqib Shahab, s’est adressé aux médias à Regina, affirmant que moins de 50% des adultes avaient reçu leur premier rappel. (Matthew Howard/Radio-Canada)

Il a été démontré que l’immunité diminue avec le temps et que la fourniture de doses de rappel offre une protection accrue contre les maladies graves, l’hospitalisation et la mort, a déclaré Shahab.

« Il y a encore des niveaux très élevés de virus partout au Canada et en Saskatchewan », a déclaré Rasmussen.

« Je recommande vraiment d’aller au moins faire ce premier rappel, car lorsque ces boosters mis à jour seront disponibles dans quelques mois, les personnes qui ont reçu un vaccin maintenant seront également rapidement éligibles pour ces vaccins. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...

La FIBA ​​ouvre une enquête après que des joueurs maliens se sont battus après une défaite à la Coupe du monde

La FIBA ​​a ouvert une enquête sur une altercation entre deux joueuses maliennes en zone mixte suite à la défaite de leur équipe face...

Shania Twain pose topless pour brancher son nouveau single : ‘TAKING OFF THE BRA’

Liens du fil d'Ariane Musique Célébrité ...

Vous pourriez aimer

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...