11.3 C
Montréal
27 septembre 2022 11:02
Accueil Santé Le taux de vaccination contre la COVID-19 chez les plus jeunes enfants...

Le taux de vaccination contre la COVID-19 chez les plus jeunes enfants de l’Ontario est inférieur aux attentes des experts

Nous suivre

Le nombre d’enfants de moins de cinq ans vaccinés contre la COVID-19 en Ontario est encore plus faible que les chiffres relativement faibles auxquels s’attendaient de nombreux experts.

Les vaccins pour le groupe d’âge le plus jeune sont disponibles depuis deux mois, mais seuls 6 % environ de ces enfants ont reçu leur première dose.

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, a déclaré que c’était inférieur aux chiffres qu’il pensait voir à ce stade.

« Je veux certainement que davantage de familles envisagent de faire vacciner leurs enfants de six mois à quatre ans », en particulier les enfants à haut risque, a-t-il déclaré dans une interview.

« Nous savons que nous avons un pourcentage plus élevé que cinq pour cent d’enfants atteints d’une maladie sous-jacente qui peut les prédisposer à avoir un pire résultat associé au COVID et encouragerait absolument ces parents à envisager d’avoir une conversation avec votre fournisseur de soins de santé concernant le risques et avantages. »

Raywat Deonandan, épidémiologiste et professeur agrégé à la faculté des sciences de la santé de l’Université d’Ottawa, a déclaré qu’il y a beaucoup de facteurs en jeu qui alimentent probablement une faible utilisation, mais il se serait quand même attendu à un nombre plus élevé maintenant.

« Je ne suis pas surpris qu’il soit bas, je suis surpris qu’il soit aussi bas », a-t-il déclaré.

Beaucoup de gens croient à de faux récits selon lesquels la pandémie est terminée et que les enfants ne tombent pas malades lorsqu’ils sont infectés par le COVID-19, a déclaré Deonandan, qui a également souligné la désinformation sur les effets secondaires du vaccin.

La manière dont les messages sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin sont communiqués aux parents est importante, a déclaré Deonandan.

« Cela doit être rédigé comme suit: » Parents, c’est votre décision à prendre et je veux vous donner toutes les informations transparentes que je peux pour que vous fassiez un bon choix ici « , a-t-il déclaré.

« C’est un exercice d’équilibre délicat que nous devons faire lorsque nous parlons de cela. Vous ne voulez pas donner l’impression de forcer une chose étrangère dans le corps de votre enfant, car nous voyons que la population est très sensible à ce genre de récit. Nous Je ne veux pas donner l’impression d’être des semeurs de peur essayant de forcer le monde à se verrouiller… Mais en même temps, vous voulez juste défendre la santé globale de l’enfant. »

Toronto retire les annonces de vaccination

La ville de Toronto a sorti cette semaine une série de vidéos sur les vaccinations COVID-19 pour les enfants après que l’une d’entre elles ait laissé entendre que les enfants ne pouvaient pas sortir jouer avec des amis s’ils n’étaient pas vaccinés.

« Cette vidéo a raté la cible de ce message et n’aurait pas dû être publiée », a écrit le porte-parole Brad Ross dans un communiqué.

« Une série de cinq vidéos destinées aux parents et aux soignants sur les vaccins pour enfants a été interrompue pendant que chacune est examinée pour s’assurer que les messages sont clairs et sans ambiguïté : les vaccins sont disponibles pour les enfants et ils sont sûrs. »

Les pédiatres sont ceux que les parents devraient écouter en ce moment, a déclaré Deonandan.

« Plus personne ne fait confiance aux épidémiologistes », a-t-il déclaré. « Ils ne font plus confiance aux médecins du gouvernement. Personne ne fait plus confiance aux virologues. Ils ne font confiance qu’au pédiatre de leur enfant, et ce sont les gens qui doivent avoir cette conversation. »

Moore a déclaré que la province entend des parents dire que les conversations en tête-à-tête sont l’outil de communication le plus efficace.

« Lorsque vous rendez visite à votre fournisseur de soins primaires, votre pédiatre, vous recevez vos vaccinations standard à deux mois, quatre mois, six mois, 12, 15, 18 mois – toutes ces occasions sont pour les familles de poser des questions sur COVID vaccination », a-t-il déclaré.

« Nous avons du travail à faire pour continuer notre message (officiel). Il s’accélérera à mesure que nous nous dirigerons vers l’intérieur et que nous nous dirigerons vers l’automne car nous percevons que le risque de transmission augmentera. »

Risque de maladie grave réel pour les jeunes enfants : médecin

Le Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario, a déclaré qu’il espère que la vaccination des jeunes enfants s’accélérera au cours de l’automne, car il avait prévu une adoption globale d’environ 25 à 30 %.

Il a attribué le lent démarrage du déploiement au cours de l’été, la désinformation circulant sur le vaccin, ainsi qu’une hésitation générale des parents en ce qui concerne les enfants de cet âge.

« Je suis pédiatre, je sais que les parents hésitent toujours – en particulier pour les jeunes enfants et les bébés – que ce soit une vaccination ou tout médicament qui sort », a-t-il déclaré.

« L’un des messages que nous devons transmettre aux gens est que bien que ce vaccin ne soit pas aussi efficace que nous le souhaiterions pour la transmission de personne à personne, il est certainement très efficace contre les maladies graves et leurs complications. »

La Dre Anna Banerji, pédiatre, spécialiste des maladies infectieuses et professeure agrégée à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto, a déclaré qu’il existe également un facteur de complaisance.

« (Les gens pensent), ‘Oh COVID n’est pas si grave. C’est juste un léger rhume chez les jeunes enfants, je n’ai pas vraiment besoin de m’en inquiéter », a-t-elle déclaré.

« Il y a beaucoup, je pense, de déni que les enfants, en particulier les plus jeunes, peuvent l’attraper et tomber très, très gravement malades avec ça. »

Augmentation notable des hospitalisations de nourrissons

Santé publique Ontario a déclaré dans son dernier rapport qu’il y avait une augmentation notable des hospitalisations pour les nourrissons de moins d’un an, avec 17 enfants pour la semaine du 4 au 10 septembre, contre huit la semaine précédente. Depuis le début de la pandémie, 1 268 enfants de ce groupe d’âge ont été hospitalisés pour COVID-19 – un taux beaucoup plus élevé que pour les enfants plus âgés et les adolescents.

Les enfants ont de bonnes chances d’attraper le COVID-19 maintenant que les écoles sont de retour, et ce ne sont pas seulement les effets immédiats et possibles à long terme sur les jeunes enfants eux-mêmes que les parents doivent garder à l’esprit, a déclaré Banerji.

« (Ils) peuvent également le transmettre à d’autres enfants, peuvent le transmettre à la maison, peuvent le transmettre aux grands-parents », a-t-elle déclaré.

« C’est quelque chose qui pourrait avoir un impact significatif sur la vie de quelqu’un. Et donc je ferais ce que vous pouvez pour réduire le risque de transmission, qui est vraiment la vaccination. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...

La FIBA ​​ouvre une enquête après que des joueurs maliens se sont battus après une défaite à la Coupe du monde

La FIBA ​​a ouvert une enquête sur une altercation entre deux joueuses maliennes en zone mixte suite à la défaite de leur équipe face...

Shania Twain pose topless pour brancher son nouveau single : ‘TAKING OFF THE BRA’

Liens du fil d'Ariane Musique Célébrité ...

Vous pourriez aimer

L’autre bilan de santé mentale de la pandémie : l’Institut Argyle de Montréal ferme

Liens du fil d'Ariane Nouvelles Nouvelles locales ...

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d'épiceries engrangent des...

Des centaines de milliers d’antiviraux contre la COVID-19 sont sur les étagères à travers le Canada

Santé Canada a distribué suffisamment d'antiviral Paxlovid pour traiter plus de 700 000 personnes atteintes de COVID-19, mais les provinces n'ont donné qu'une fraction...

Une femme des Premières Nations du Traité 6 est la première à se joindre aux Jets de Winnipeg de la LNH en tant qu’éclaireuse...

Les Jets de Winnipeg ont embauché leur première femme des Premières Nations du territoire du Traité 6 en Saskatchewan. Sydney Daniels, 27 ans, se...